La transmission d’entreprise : préparer une succession familiale

La perspective de transmettre un jour l’entreprise fait normalement faire partie du projet de tout entrepreneur qui fonde un projet pérenne.

L’entreprise étant généralement pensée pour survivre à la carrière dirigeante de son fondateur, se préparer à l’éventualité d’une succession fait partie des éléments à prendre en compte tout au long du cycle de vie.

Le choix d’une transmission successorale, généralement pensée des années à l’avance, apparaît naturel à beaucoup de dirigeants, mais ce n’est pas le seul possible. La manœuvre est d’ailleurs délicate puisque seul un tiers des entreprises survit à une transmission à la seconde génération. Le taux est encore plus faible pour la troisième. D’une manière générale, on constate une tension entre désir de pérennité et possibilité de maximisation du gain.


Le sujet vous intéresse ? 

Lisez l’article « Le phénomène successoral » écrit par Julien de Freyman et Katia Richomme-Huet  paru dans la revue Entreprendre & Innover 2012/2 (n° 14)


La transmission d’entreprise vous intéresse ? 

Achetez le numéro de la revue Entreprendre & Innover consacré à ce sujet

 

Le phénomène successoral

Julien de Freyman, Katia Richomme-Huet, Entreprendre & Innover 2012/2 (n° 14), p. 9-19.
DOI 10.3917/entin.014.0009

Plan de l’article

  • Le choix de fonder une entreprise :
    • Un défi, des incertitudes et un parti pris de pérennité
    • L’enchevêtrement des sphères familiale et professionnelle
    • Des modes de transmission pluriels
  • Le choix de la succession :
    • Concilier les sphères personnelles, familiale et managériale
    • Les implications pour le dirigeant
  • Le choix de la cession à un tiers :
    • Entre continuité et maximisation
    • Préparer la cession, les hommes et l’entreprise

Les points forts

  • Pour transmettre une entreprise, un dirigeant dispose de quatre possibilités : transmission successorale à un ou des héritiers, cession à des personnes physiques internes à l’entreprise (salariés), cession à une personne physique extérieure et enfin vente à une personne morale.

  • La réussite est subordonnée au fait que l’entreprise n’ait pas été rendue impossible à transmettre du fait d’une trop grande personnalisation.

  • Dans tous les cas de figure, le fait de ne pas avoir suffisamment anticipé est un facteur de mise en danger de l’entreprise à l’occasion de sa transmission.

> Lire l’article

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s